Qu’est-ce que l’assurance-vie ?

Contrairement à ce que la majorité des français pense, l’assurance vie n’est pas seulement une prestation dont pourrait jouir des bénéficiaires désignés en cas de décès du souscripteur. C’est même plutôt l’inverse. l’assurance vie est un plan d’épargne qui permet à son souscripteur de faire fructifier un capital et de le retransmettre à un ou plusieurs bénéficiaires en cas événements imprévus qui survient dans la vie de l’adhérent. Lorsqu’ une personne souscrit à une assurance vie, celle-ci s’engage à placer une rente à une compagnie d’assurance en vue de  produire des intérêts et d’en bénéficier à une période bien définie.

On peut dissocier deux sortes de contrats d’assurance vie. L’assurance vie en cas de décès et un contrat d’assurance en cas de vie.

La différence entre ces deux contrats est qu’à la souscription d’un contrat en cas de décès, le souscripteur ne peut pas être le bénéficiaire du capital. En cas de décès du contractant donc, le solde majoré des plus values sera reversé aux bénéficiaires désignés. Tandis que pour un contrat en cas de vie, le souscripteur peut être tout à fait le propre bénéficiaire de son placement. A la fin d’échéance de son contrat, si l’assuré est toujours en vie, la totalité de son capital plus les intérêts lui seront reversés.

Tableau comparatif des assurances

Support Assureur performance Fonds euros 2017 (%) performance Fonds euros 2018 (%) En savoir plus
Euro Allocation Long Terme (Spirica) support garanti par Spirica, filiale d Groupe Crédit Agricole Assurances 3,00% 2,90% Plus d’info
Suravenir Rendement (Suravenir) support assuré par Suravenir, filiale d’assurance-vie et de prévoyance du Crédit Mutuel Arkea 2,00% 2,00% Plus d’info
Sécurité Pierre Euro (Suravenir) support assuré par Suravenir, filiale d’assurance-vie et de prévoyance du Crédit Mutuel Arkea 3,40% 3,20% Plus d’info
Netissima (Generali Vie) support assuré par Generali Vie 2,10% 2,25% Plus d’info
Fonds Cantonné ASAC (Allianz vie) support assuré par Allianz vie 2,58% 2,48% Plus d’info
Euro Innovalia ( Generali Vie) support assuré par Generali Vie 2,69% 2,55% Plus d’info
Actif général AFER (Aviva vie)
support assuré par AVIVA
Plus d’info
Carrefour avenir (axa) support assuré par AXA 2,44% 2,44% Plus d’info
Apicil Euro Garanti (Apicil Assurance) support assuré par Apicil Assurance 2,10% 2,01% Plus d’info

La Fiscalité de l’assurance vie
Meilleure assurance vie - image

Comme tous les plans de placements de fonds, les primes des contrats d’assurance vie sont tout autant soumises à un régime d’imposition ainsi qu’aux charges de cotisations sociales. Cependant, les contrats d’assurance  qui arrivent à leur huitième anniversaire  bénéficient  d’un régime plus souple ainsi que d’un abattement fiscal.

Fiscalité assurance vie avant 8 ans

A la souscription d’une assurance vie, vous êtes libre de récupérer votre versement à tout moment, même si l’idéal est de l’optimiser au-delà de 8 ans d’engagements pour tirer au maximum de ses avantages. L’assurance vie est un système d’épargne qui permet d’acquérir une exonération d’imposition sur les primes en cours de contrat. Durant toute la durée du contrat, les intérêts produits par l’adhésion sont capitalisés chaque année sans qu’aucune taxe n’y soit déduite.

Par contre, tout retrait partiel  ou total du placement avant sa huitième année, bien qu’allégée entraîne une imposition sur la plus-value. Pour calculer l’imposition des fonds retirés, on tiendra compte du nombre des versements, de la valeur totale de l’épargne et du montant du retrait.

Fiscalité assurance vie après 8 ans

Au-delà de 08 ans d’engagements, l’assuré qui souhaite retirer son capital pourra profiter d’un abattement fiscal de la plus value et bénéficier d’un taux d’imposition de 7.5% à 12% selon la valeur de son contrat.

Les différents supports d’investissement 
Meilleure assurance vie - image

Selon les objectifs que le souscripteur s’est fixé, il pourra investir dans plusieurs sortes de support du contrat d’assurance. Un assuré qui veut tirer un maximum de profit sur son placement n’ adhérera en aucune façon au type de support qu’un abonné qui veut sécuriser son investissement. Les différents types de contrat d’assurance permettent à chacun de placer son capital selon ses besoins. Il pourra (le souscripteur) ainsi épargner sous forme de contrat en euros, en unité de compte ou bien en multi-supports. Ces supports de contrat ont chacun leur particularité, avant l’engagement, il est tout à fait possible pour le souscripteur de se renseigner et d’étudier le contrat qui lui conviendra le mieux.

Fonds en Euros

Le fond en euros est la forme de contrat le plus adhéré en assurance vie. Il représente plus de 80% des souscriptions car il est considéré comme le support d’investissement le mieux sécurisé. En effet, le fond en euros est un contrat qui permet de placer un capital et de générer des intérêts chaque année.

Il s’adresse aux personnes qui ne souhaitent prendre aucun risque avec leur argent car le placement de fonds en euros garanti aux assurés que leur capital sera reversé en totalité par l’organisme d’assurance et ce même avant la fin du contrat. La somme perçue ne sera jamais inférieure au placement de base à la fin du contrat.

Unités de compte

Les contrats d’assurance vie sous forme d’unités de compte sont des contrats qui permettent à un souscripteur d’investir sur divers supports financiers. Tandis que dans les supports en euro, le capital de départ est assuré par l’assureur, l’investissement en unités de compte n’engage l’assureur que sur le nombre d’unités de compte mentionnées dans le contrat mais non sur leur valeur. Si les risques pour l’assuré de perdre de l’argent sont  plus élevés en choisissant ce mode de contrat, la force d’un contrat en unités de compte réside dans le fait qu’il autorise son souscripteur à investir dans plusieurs supports et de planifier des stratégies d’investissement sur chaque placement.

La souscription au contrat d’assurance vie

A l’établissement d’un contrat d’assurance vie, la compagnie d’assurance demandera au souscripteur de renseigner sur un formulaire les éléments nécessaires pour le type d’assurance souscrite. Selon la forme de cette dernière, un second questionnaire pourrait être demandé par l’assureur pour évaluer l’état de santé de l’assuré. Tout cela dans le but de connaitre les risques que l’assurance prend en acceptant l’adhésion du client.

Dès lors que le souscripteur devient assuré, son contrat d’assurance précisera les dispositions générales de son adhésion. Le contrat comportera notamment, les conditions générales de l’assurance, les garanties couvertes et la validité du contrat.

Chaque assuré étant différent, des dispositions particulières adaptées au profil de chaque souscripteur peuvent également y figurer comme l’identité de l’assuré ainsi que de ses bénéficiaires, les différentes formules choisies et la durée de son engagement. Il faut savoir que les dispositions particulières ou personnelles prévalent sur les dispositions générales.

La souscription à une assurance entraîne systématiquement le dépôt d’un capital, le paiement d’une cotisation en revanche  ne peut être exigé par l’assurance sauf si l’assuré a choisi de s’engager de par lui-même à une forme de cotisation périodique. Dans ce cas de figure, la compagnie d’assurance pourra résilier son contrat si un défaut de paiement survient et que 40 jours après la date d’échéance, l’assuré n’aura toujours pas régularisé sa situation.

Durée du contrat

Sur le plan juridique, un contrat d’assurance n’a pas de durée légale. L’assuré peut s’engager pour une durée bien précise que pour une période indéfinie. Il pourra donc jouir de son capital plus intérêts lorsque son contrat arrive à son terme ou si un décès survient subitement.

Néanmoins, pour profiter pleinement de son placement, il est conseillé à l’assuré de s’engager pour au moins une durée de 08 ans. Car non seulement le souscripteur pourra bénéficier d’une fiscalité avantageuse mais il pourra acquérir des intérêts plus conséquents.

Investir au sein du contrat

L’assurance vie est un contrat polyvalent qui peut être adaptée au besoin de chaque souscripteur quel que soit son projet.  Elle peut servir à financer un futur  achat immobilier par exemple. Un moyen sûr pour épargner son argent, un placement en assurance vie garanti la disponibilité de son capital à tout moment majoré de primes si il est suffisamment placé à moyen ou long terme.

Il est très important de bien choisir parmi les supports son type de contrat d’assurance vie. Tous les contrats ne procurent pas les mêmes avantages et contrairement au Plan d’Epargne Action, l’assurance vie ne peut être transférée.

Les frais du contrat d’assurance vie

Il n’est pas chose aisé de connaitre les intérêts que rapportera une assurance vie par contre dès la souscription, l’assuré aura connaissance des frais ou chargements engendrés par son adhésion.

Ces chargements sont principalement liés au frais de dossier et frais de versement qu’on appelle frais d’entrée ou de frais d’arbitrage, de sortie et d’options qu’on dit frais de gestion.

Les frais d’entrée varient de 1 à 5% selon le support souscrit par l’assuré et sont prélevés à chaque versement réalisé par le titulaire du contrat. Les frais de gestion eux sont des chargements amputés annuellement sur le montant total du capital par l’assureur. Ils sont calculés en fonction de la durée et sont précisés en pourcentage. Sur les contrats multisupport, ils sont dans la plupart du temps prélevés en réduisant le nombre d’unités de compte détenues.

La gestion du contrat d’assurance vie

A la souscription d’une assurance vie, l’assuré pourra choisir entre plusieurs types de gestion de son contrat. Il pourra soit le gérer en mode libre, sous mandat, profilé ou bien piloté.

La gestion libre ou gestion directe permet au titulaire de l’épargne de choisir d’une manière autonome les supports sur lesquels il veut placer son argent. C’est l’épargnant lui-même qui répartit ses avoirs sur fonds en euros et/ou en unités de compte. Ce type de gestion est celle qui présente le plus de danger.

La gestion sous mandat permet au souscripteur de « mandater » un gestionnaire qui se chargera de placer son capital à sa place. C’est ce dernier qui prendra  toutes les décisions sur les modes de placement en échange de frais supplémentaires soustraits sur le montant de l’assurance vie.

Récupérer l’argent sur son contrat

Même si l’assurance vie est un plan d’épargne à long terme, il existe des moyens de récupérer son capital en une seule fois ou en plusieurs fois avant terme. Il est aussi tout à fait possible de la transformer en rente viagère.

Le rachat total permet à l’assuré de clôturer définitivement son contrat et de percevoir en une seule fois la totalité de son épargne.

Le rachat partiel lui de retirer en partie la rente constituée tout en laissant le reste fructifié. C’est une solution à considérer lorsque l’on fait face à une dépense imprévue.

La transformation en rente viagère permet d’échanger le capital constitué contre un revenu périodique versé par la compagnie d’assurance jusqu’au jour de son décès. L’assurance vie n’appartient donc plus au souscripteur mais en contrepartie tant qu’il demeure en vie, il percevra des indemnités de son assureur.

Clôturer son contrat d’assurance vie

L’assuré qui souhaite clôturer son contrat d’assurance vie doit notifier par courrier en lettre recommandée avec accusé de réception sa compagnie d’assurance. Il fera parvenir dans ce courrier un relevé d’identité bancaire pour que son assureur puisse lui reverser le montant de ses capitaux.  Il faudra compter 15 à 60 jours pour que les fonds générés puissent être disponibles.

Si la  demande de clôture de contrat est pour la plupart gratuite, l’épargnant devra cependant s’acquitter des taxes qui correspondent à la perception de la rente.

Pour une clôture  qui s’effectue avant le 4e anniversaire du contrat, une taxe forfaitaire de 35% sera prélevée sur la totalité du capital.  Pour les contrats qui ont eu une durée de 4 à 8 ans, la taxe est revue à la baisse avec un taux de 15%.

Les critères de sélection de la meilleure assurance
vie Meilleures banques en ligne - image

Certains points sont essentiels pour choisir l’assurance vie. Il convient de regarder des éléments clés pour déterminer le contrat qui convient le mieux.

  • Se renseigner sur la performance en pourcentage du taux d’intérêt du fond placé. Un taux d’intérêt élevé permettra de générer des intérêts plus avantageux.
  • Choisir un assureur qui offre un frais de gestion moindre que les autres. Plus les frais de gestion sont au plus bas, moins des prélèvements s’effectueront sur le capital de l’assuré.
  • Pour une souscription à un contrat multisupport, il faudra être attentif sur les frais d’arbitrages surtout si on choisit un mode de gestion libre.
  • Comparer les frais de versement qui sont déduits avant même le placement de son capital sera de rigueur. Pour ce critère, les assurances vie souscrites en ligne présentent un avantage car ils sont généralement gratuits.
  • Pour une gestion mandatée, choisir un expert dans le domaine permettra de bénéficier de conseils précieux et éviter une perte sur son investissement mais au contraire permettra de réaliser de vraies économies.

Choix de l’assureur

Pour souscrire à une assurance vie, un épargnant peut faire appels à diverses structures pour placer son argent. Toutefois ces organismes doivent strictement avoir obtenu un agrément de l’Etat. En France, on peut distinguer trois types d’assureurs vie.

  • Les sociétés d’assurance vie qui sont régies au code des assurances comme les sociétés anonymes AXA, Generalli ou Allianz et les sociétés à forme mutuelle MMA, MAAF ou bien MACIF.
  • Les mutuelles d’assurance conventionnées par le code de la mutualité. Ce sont principalement des sociétés de personnes à but non lucratif du type MGEN ou Mutualité française.
  • Les institutions de prévoyance régies par le code de la sécurité sociale telles que MALAKOFF-MEDERIC et AG2R-LA MONDIALE.

Choix des frais modérés

Considéré par beaucoup comme « le talon d’Achille » de l’assurance vie. Ils peuvent faire grimper la rentabilité d’un contrat s’ils sont à un taux élevé. Les frais de versement qui sont prélevés sur son capital avant même le placement du capital  commissionnent en effet  l’assuré à un taux qui peut aller jusqu’à 15% tandis que les frais de gestion qui sont prélevés une fois par an par l’assureur oscillent aux de 0.5% à 1%.  Si le souscripteur adhère à un contrat en unités de compte, les frais de gestion seront plus élevés que sur un placement de fonds en euros.

Choix de fonds euro

Généralement, les fonds en euros sont en grande partie composés d’obligations. Comme on a vu au tout début, leur profil convient aux personnes en recherche de sécurité sur leur investissement. Cependant, la baisse des obligations d’Etat a conduit les compagnies d’assurance à offrir de nouvelles gammes aux assurés.

Ainsi un assuré peut choisir entre un fond en euro « dynamique » constitué à 30% d’action comme le fonds Euro Sélection et un fonds immobiliers avec un minimum de 80% versés en SCPI ou OPCI  à l’instar de Euro Allocation Long Terme.

Analyse des options de gestion et de prévoyance

L’assuré qui a opté pour une gestion libre de son contrat  peut se tourner sur les outils que sa compagnie lui met à disposition pour sécuriser ses gains et dynamiser ses intérêts. Le rééquilibrage automatique par exemple permet  au souscripteur de déterminer où affecter ses fonds sur les divers supports d’investissement à sa disposition en tenant compte de la part de risque qu’il est prêt à prendre. La sécurisation des plus-values permet à l’épargnant  de transférer les plus-values générées sur les supports à risque sur des supports présentant des risques moindres dès lors qu’elles arrivent à un seuil établi par avance. Le stop loss, le stop win et les fonds à horizons sont tout autant des outils dont un souscripteur peut se référer pour sécuriser au mieux son investissement.

Notre avis sur l’assurance vie
Meilleure assurance vie - image

Les contrats d’assurance vie garantissent des taux variés et très intéressants pour les épargnants. Cependant il faut trouver l’offre se trouvant sur le marché  qui correspond le mieux à votre profil.  Si elle peut être perçue comme un fond de placement simple, ses spécificités juridiques et financières en font un produit plus complexe qu’il n’y parait. Pour tirer au maximum de ses avantages, il faudra prendre son temps avant de procéder à une souscription. Pour vous aider à décider si oui ou non vous allez souscrire à ce type de contrat. Nous vous prodiguons  ci-après quelques conseils :

L’idéal est d’ouvrir plusieurs contrats à petites sommes chez un seul assureur  pour commencer afin de bénéficier des avantages fiscaux ainsi lorsque que vous comptez investir une somme plus conséquente dans le futur, vous n’aurez pas besoin de patienter longtemps pour jouir des exonérations.

Pour débuter dans ce type de contrat, l’investissement sur un contrat de fonds en euros pourrait être judicieux comme il présente un placement sans risque. Le capital que vous allez investir ne perdra jamais de sa valeur et les intérêts que vous aurez accumulés au fil des années seront tout autant sécurisés. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle bon nombre de français optent sur ce type de placement.

A la souscription d’un contrat en assurance en vie nous vous conseillons de ne pas opter pour un seul bénéficiaire car en cas du décès de ce dernier, vous n’aurez plus de personne à désigner ainsi votre contrat tombera dans la succession avec la dévolution et la taxation ordinaire. Soyez prévoyants c’est tout le but d’un contrat d’assurance et nommer plusieurs bénéficiaires qui pourront profiter en intégralité des avantages qu’offrent une assurance vie.

Enfin, dans votre contrat, il faudra éviter des vocabulaires que vous ne maîtrisiez pas. Évitez d’utiliser le mot  « ayants droits » par exemple si vous n’êtes pas sûr à 100%  de son sens. En effet, un ayant droit désigne oui votre héritier mais en assurance il s’agira également de votre créancier. Attention au terme « léguer le capital » également car devant un juge cela signifie que vous avez inclus dans la succession le capital ainsi votre « bénéficiaire »perdra les avantages attachés à l’assurance vie.